Performance

Bienvenue à la section Performance (uniquement en anglais) du Rapport environnemental pour l’Amérique du Nord. C’est ici que nous présentons notre PLAN D’ACTION ENVIRONNEMENTAL ainsi que les données relatives à la performance environnementale dans les domaines suivants:

PLAN D’ACTION ENVIRONNEMENTAL

FG_05

À PROPOS DE CE TABLEAU: Ce tableau récapitule les progrès accomplis par rapport aux objectifs du plan d’action environnemental 2014-2016 dans les domaines suivants : carbone, eau, matériaux, biodiversité et sensibilisation. C’est la première fois que les filiales de Toyota en Amérique du Nord établissent ensemble des objectifs communs pour Toyota. Au lieu d’objectifs distincts pour la fabrication, la R.-D. et les ventes et la logistique, nos objectifs s’appliquent désormais à 85 usines d’assemblage, sites de R.-D., centres de distribution des pièces et des véhicules, et bureaux de vente.

CARBONE

Rendement énergétique des véhicules + CO2

États-Unis

FG_12 FG_13

À PROPOS DE CES TABLEAUX: Toyota s’est conformée aux normes américaines CAFE (Corporate Average Fuel Economy) pour les voitures et les camions, ainsi qu’aux normes sur les émissions de CO2 des véhicules.

Canada

FG_14

À PROPOS DE CE TABLEAU: Toyota s’est conformée aux normes sur les émissions de CO2 au Canada pour l’année-modèle 2014. (2014 est l’année la plus récente pour laquelle des données sont disponibles.)

Mexique

Toyota s’est conformée aux normes sur les émissions de CO2 au Mexique pour les années civiles 2014 et 2015. La moyenne du parc de Toyota était de 183,8 grammes de CO2 au kilomètre (g de CO2/km) en 2014, et de 178,7 grammes de CO2/km en 2015.

Consommation d’énergie et émissions de GES dans les activités

FG_15

À PROPOS DE CE TABLEAU: Au cours de l’année fiscale 2015, Toyota a consommé 1,68 million de MWh d’électricité et 193,2 millions de mètres cubes de gaz naturel dans plus de 85 installations en Amérique du Nord, y compris des usines d’assemblage, les centres de distribution de pièces et de véhicules, ainsi que les centres de R et D, et les bureaux. Notre objectif consolidé pour l’énergie couvre tous ces sites. Notre objectif est de réduire la consommation d’énergie de sources fixes de 12 % par véhicule produit avant l’exercice financier 2016 par rapport à la valeur de référence de l’exercice 2010.

Nous avons atteint cet objectif en avance sur le calendrier prévu avec une réduction de 16,6 %. Cliquez ici pour découvrir des exemples de réduction de la consommation énergétique au cours de l’exercice financier 2015.

Cet objectif englobe l’achat et l’utilisation d’électricité et de gaz naturel. Pour cet objectif, nous convertissons toutes les mesures d’énergie en MMBTU afin de pouvoir combiner ces diverses sources d’énergie en une seule mesure.

FG_16

À PROPOS DE CE TABLEAU: Nous avons établi un objectif consolidé d’émissions de GES englobant plus de 85 installations nord-américaines, incluant des usines d’assemblage, les centres de distribution de pièces et de véhicules, les centres de R et D, et les bureaux. Notre objectif est de réduire les émissions de GES de sources fixes (émissions provenant de notre consommation d’électricité et de gaz naturel) de 12 % par véhicule produit avant l’exercice financier 2016 par rapport à la valeur de référence de l’exercice 2010.

Nous avons atteint cet objectif en avance sur notre calendrier avec une réduction de 16 %.

FG_17

À PROPOS DE CE TABLEAU: Chaque année, nous préparons un inventaire des émissions de GES des entreprises nord-américaines de Toyota. La méthode utilisée pour calculer les émissions est basée sur le GHG ProtocolMD développé par le World Resources Institute et le World Business Council for Sustainable Development. La préparation de cet inventaire consolidé nous a aidés à mieux comprendre d’où viennent les émissions de GES et a facilité le partage d’information entre les diverses entreprises de Toyota en Amérique du Nord.

L’inventaire mesure les émissions de GES de types 1, 2 et 3, tel que défini par le protocole des GES :

  • Le type 1 inclut les émissions provenant de la consommation de gaz naturel, ainsi que les émissions des camions de la société.
  • Le type 2 inclut les émissions provenant de la consommation d’électricité achetée.
  • Le type 3 inclut les émissions des camions de tiers, et celles que causent les navettes quotidiennes et voyages d’affaires des employés. Ce sont des émissions que Toyota peut influencer, mais qu’elle ne peut pas contrôler. (Nos émissions de type 3 ne comprennent pas les émissions causées par les véhicules que nous avons vendus. Pour en savoir davantage sur l’empreinte carbone de nos véhicules, veuillez vous reporter à Rendement énergétique des véhicules et émissions de CO2.)

EAU

FG_21

À PROPOS DE CE TABLEAU: Au cours de l’exercice financier 2015, Toyota a prélevé plus de 6,4 milliards de litres (1,7 milliard de gallons) d’eau dans plus de 85 installations en Amérique du Nord, y compris des usines d’assemblage, les centres de distribution de pièces et de véhicules, ainsi que les centres de R et D, et les bureaux. Notre objectif consolidé pour l’eau couvre tous ces sites et consiste à réduire les prélèvements d’eau de 6 % par véhicule produit avant l’exercice financier 2016 par rapport à la valeur de référence de l’exercice 2010.

Les mesures que nous utilisons comprennent différents types de prélèvements, notamment ceux faits à partir des services publics et l’eau prélevée des puits souterrains. Nous élaborons actuellement un plan interne de gestion des stocks d’eau – similaire à un plan de gestion des stocks des gaz à effet de serre – pour documenter les pratiques comptables liées à nos mesures et notre objectif en matière d’eau.

Nous avons atteint notre objectif pendant l’exercice financier 2015, soit avant l’échéance que nous avions fixée, et nous l’avons même dépassé avec une réduction de 8 %. Cliquez ici pour découvrir des exemples de réduction de notre consommation d’eau au cours de l’exercice financier 2015.

MATÉRIAUX

FG_22

À PROPOS DE CE TABLEAU: Dans le cadre du plan d’actions environnementales de Toyota pour les années fiscales 2014 à 2016, nous nous sommes donné pour cible le développement et le test d’un nouvel objectif en matière de déchets. En 2014, nous avons commencé par identifier un nouvel indicateur de rendement clé (IRC) : le taux des 3R. Le taux des 3R de Toyota se définit comme suit : (Réduction + Réutilisation + Recyclage) / (Réduction + Réutilisation + Recyclage + Récupération + Enfouissement)

Le taux des 3R de Toyota était de 96 %, selon les données de l’année civile 2014. (Nous utilisons les données de l’année civile au lieu de l’exercice financier pour nous aligner avec le programme WasteWise de l’EPA). Ces données recouvrent toutes les usines d’assemblage nord-américaines, ainsi que les centres de distribution de pièces et de véhicules, de même que les bureaux de ventes des États-Unis.

Toyota se prépare à inclure ses autres sites en Amérique du Nord. Les prochaines étapes incluent la mise au point d’un système intégré de suivi des déchets à l’usage de toutes nos filiales nord-américaines ainsi que l’estimation de la quantité de déchets réacheminés en raison d’activités de kaizen. Au bout du compte, nos efforts pour élaborer et mettre à l’essai ce nouvel IRC nous aideront à fixer un objectif de taux des 3R dans notre prochain plan d’action environnemental quinquennal.

BIODIVERSITÉ

FG_24

À PROPOS DE CE TABLEAU: Les certifications du Wildlife Habitat Council (WHC) sont remises en novembre de chaque année. Ce calendrier fait en sorte que notre objectif est basé sur le cycle de l’année civile. À la fin de 2015, Toyota comptait sept sites certifiés par WHC. Le programme de certification et d’accréditation internationale du Wildlife Habitat Council est une reconnaissance de la bonne gestion de l’habitat faunique et de la qualité du programme de sensibilisation à l’environnement offert dans un lieu donné. Les critères de certification sont exigeants. Les candidats doivent démontrer que leurs programmes existent depuis plus d’un an et soumettre un plan de gestion définissant les objectifs poursuivis et les directives à suivre. Tous les programmes doivent être soigneusement documentés.

BÂTIMENT ÉCOLOGIQUE (CONCESSIONNAIRES)

FG_25

À PROPOS DE CE TABLEAU: En 2015, cela fait 10 ans que nous travaillons auprès de concessionnaires à des projets LEED et nous dominons l’industrie en ce qui a trait au nombre d’établissements concessionnaires certifiés LEED. En août 2015, nous avions aider 47 concessionnaires Toyota et Lexus – 42 aux États-Unis et 5 au Canada – à obtenir la certification LEED.

Toyota et Lexus comptent plus d’établissements concessionnaires certifiés LEED aux États-Unis et au Canada que tout autre fabricant. Plusieurs autres concessionnaires ont terminé leur construction et attendent les résultats de l’évaluation. Bien d’autres encore sont en construction ou à l’étape de la conception et de l’obtention de permis et ont déjà indiqué leur intention d’obtenir la certification LEED auprès des Conseils du bâtiment durable des États-Unis ou du Canada. En Amérique du Nord, les concessionnaires Toyota et Lexus occupent ensemble une superficie de 2,5 millions de pieds carrés.

LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est un système de pointage administré par le Conseil du bâtiment durable du Canada et son pendant américain afin de promouvoir une approche de construction complète pour la construction et la rénovation durables. La certification LEED repose sur des critères exigeants par rapport au développement du site, aux économies d’eau et à l’efficacité énergétique, au choix des matériaux et à la qualité de l’air dans le bâtiment.

QUALITÉ DE L’AIR

Composés organiques volatils

FG_27

À PROPOS DE CE TABLEAU: La première préoccupation en ce qui concerne les émissions atmosphériques hors GES est le smog. Le smog se forme lorsque des matières particulaires, des oxydes d’azote et des composés organiques volatils (COV) réagissent avec le soleil. Le smog a été associé à un certain nombre de problèmes de santé et il est particulièrement fréquent dans les zones urbaines denses où la circulation est intense, l’activité industrielle importante et le climat chaud et ensoleillé.

La majorité nos émissions de COV proviennent des opérations de peinture de Toyota. Nous avons mis sur pied un groupe de travail sur les COV dans la fabrication nord-américaine qui étudie les aspects du processus de peinture des voitures afin de trouver des moyens de réduire les émissions de COV. Les membres du groupe examinent les opérations de peinture dans leur ensemble, ainsi que les aspects individuels du processus afin de trouver des possibilités d’amélioration, qu’elles soient grandes ou petites. Nous profitons du partage et du transfert de connaissances et des enseignements entre les usines.

Les usines de fabrication nord-américaines de Toyota mesurent les émissions de COV en grammes par mètre carré (g/m2) de surface peinte du véhicule. Depuis 2002, nous avons réduit les émissions de COV de 64 %, passant de 35 à 12,5 g/m2.

Polluants de référence dans les émissions d’échappement

FG_28

À PROPOS DE CE TABLEAU: Les hydrocarbures, les oxydes d’azote (NOx) et le monoxyde de carbone – tous des sous-produits de la combustion de carburant – sont liés à des problèmes de qualité de l’air, dont le smog et les pluies acides, et ont de nombreux effets sur la santé humaine. Limiter les polluants de référence dans les émissions d’échappement de nos véhicules aide à réduire certains des impacts environnementaux de l’automobile.

Aux États-Unis, l’Environmental Protection Agency (EPA) et l’État de Californie ont mis sur pied des programmes de certification visant à classer les véhicules en différentes catégories, selon leurs émissions d’échappement. Le programme de certification de l’EPA classe les véhicules selon les catégories Tier 2 Bin 1 à Bin 8. Une cote Bin plus basse indique des émissions d’échappement moindres. La cote Bin 1 correspond à des émissions nulles. Ce programme exige de chaque fabricant que la moyenne de son parc automobile respecte la norme Tier 2 sur le NOx, qui est de 0,07 gramme au mille (gpm). (Les normes du programme fédéral américain et du programme canadien sont équivalentes.)

En Californie, le programme Low-Emission Vehicle II (LEV II) classe les véhicules comme LEV (Low Emissions Vehicle [véhicule à émissions faibles]), ULEV (Ultra Low Emission Vehicle [véhicule à émissions ultra-faibles]), SULEV (Super Ultra Low Emission Vehicle [véhicule à émissions super ultra-faibles]), ZEV (Zero Emission Vehicle [véhicule à émissions nulles]) et AT-PZEV (Advanced Technology Partial Zero Emission Vehicle [véhicule évolué à émissions partiellement nulles]). Pour l’année-modèle 2015, le règlement californien LEV II exigeait que le parc automobile d’un fabricant satisfasse, en moyenne, les normes d’émissions suivantes pour les gaz organiques non méthaniques (NMOG) : 0,035 g au mille (gpm) pour les voitures de tourisme et les camions légers d’un poids allant jusqu’à 3 750 livres, et de 0,043 gpm pour les autres camions légers.

La réglementation LEV III, adoptée en Californie le 31 décembre 2012, est entrée en vigueur à partir de l’année-modèle 2015. Pour l’année-modèle 2015, le règlement californien LEV III exigeait que le parc automobile d’un fabricant satisfasse, en moyenne, les normes d’émissions suivantes pour les gaz organiques non méthaniques (NMOG) et les oxydes d’azote : 0,10 g au mille (gpm) pour les voitures de tourisme et les camions légers d’un poids allant jusqu’à 3 750 livres, et de 0,119 gpm pour les autres camions légers.

Les normes fédérales américaines sur les émissions des véhicules vont changer en fonction de la nouvelle réglementation Tier 3 de l’EPA. Dans la catégorie Tier 3, l’EPA a établi des normes d’émissions plus rigoureuses afin de réduire la teneur en soufre de l’essence à partir de 2017, dans le cadre d’une démarche systémique visant à atténuer les effets des véhicules motorisés et des carburants sur la qualité de l’air et la santé publique. La norme relative à la teneur en soufre de l’essence accroîtra l’efficacité des véhicules existants et des véhicules neufs. Les normes plus strictes permettront de réduire les émissions d’échappement ainsi que les émissions par évaporation des voitures de tourisme, des véhicules moyens à passagers, des camions légers et de certains véhicules lourds. Cela aboutira à une réduction significative des polluants, comme l’ozone, les matières particulaires et les substances toxiques atmosphériques, et aidera les organismes locaux et des États à atteindre et maintenir les normes nationales de qualité de l’air ambiant (NAAQS, ou National Ambient Air Quality Standards).

Ces normes ont pour but de s’harmoniser avec le programme Low Emission Vehicle de Californie, créant ainsi un programme d’émissions de véhicules fédéral qui autorisera les fabricants automobiles à vendre les mêmes véhicules dans les 50 États américains. Les normes sur les émissions des véhicules seront mises en œuvre au cours de la même période que les normes relatives aux émissions de GES et au rendement énergétique pour les véhicules légers (promulguées par l’EPA et la National Highway Safety Administration en 2012), dans le cadre d’une démarche exhaustive à l’égard de la réglementation des émissions de véhicules motorisés. Cette règle finale est entrée en vigueur le 27 juin 2014.

Environnement Canada a publié une réglementation Tier 3 harmonisée avec la réglementation Tier 3 américaine.

De concert avec d’autres fabricants d’automobiles, Toyota a appuyé les efforts d’harmonisation du nouveau programme californien LEV III et du programme fédéral Tier 3. Par le biais des processus réglementaires des États et des organismes fédéraux avec qui nous avons travaillé, nous avons contribué à l’élaboration de règles qui sont à la fois efficaces et réalisables. Notre objectif était et reste de maintenir assez de souplesse pour pouvoir fabriquer des véhicules qui répondent aux préférences des clients. Nous sommes d’avis que les normes établies lors de la mise en place de règlements sur les émissions d’échappement devraient être axées sur le rendement et tenir compte de l’interaction avec d’autres règles relatives aux véhicules – telles que les normes en matière de rendement énergétique et d’émissions de gaz à effet de serre – pour s’assurer que l’ensemble des exigences soit réaliste et acceptable pour les consommateurs. Comme c’est le cas pour les émissions de gaz à effet de serre, les carburants doivent être évalués en même temps que les technologies des véhicules, et ce, de manière globale. Une essence à teneur en soufre réduite (déjà disponible grâce au programme LEV III) est nécessaire pour faciliter les systèmes d’après-traitement qui sont en cours de développement en vue de la conformité aux normes Tier 3.

Chaque année, Toyota se conforme aux exigences par rapport aux émissions de la Californie et des programmes fédéraux du Canada et des États-Unis, et c’est aussi le cas pour chaque année-modèle.

Trois véhicules Toyota/Lexus figurent au classement des « véhicules les plus verts de 2015 » établi par l’American Council for an Energy Efficient Economy (ACEEE) : la Toyota Prius c, la Lexus CT 200h et la Toyota hybride branchable. Ce classement est notable au sens où il tient compte d’une diversité de critères dans sa détermination du véhicule le plus « vert », dont les émissions d’échappement, les émissions du réseau électrique auquel il se recharge (le cas échéant) et l’énergie nécessaire à sa fabrication et à sa mise au rebut. Des renseignements complémentaires sur les résultats relatifs aux émissions pour les véhicules Toyota, Lexus et Scion vendus aux États-Unis se trouvent dans le Green Vehicle Guide de l’EPA.

Au Salon international de l’auto de Vancouver, en mars 2015, Toyota Canada a reçu la distinction spéciale « Best Pass Rate », ou meilleur taux de réussite, décernée par le programme AirCare de Colombie-Britannique. Entre 1992 et 2014, les véhicules non exemptés immatriculés dans les régions de Vancouver et de la vallée du Fraser (C.-B.) devaient passer l’inspection AirCare afin d’être admissibles à l’assurance automobile obligatoire. Plus de 17 millions d’inspections AirCare au total ont été effectuées sur environ 2,9 millions de véhicules. Parmi les marques dont plus de 500 000 unités ont subi une inspection initiale, les véhicules Toyota ont obtenu le plus haut taux de réussite, soit environ 92 %, sur plus de 1,5 million d’inspections initiales. La moyenne de l’industrie était d’un peu plus de 88 %. Pendant plus de 22 ans, les véhicules Toyota ont constamment bien fait aux inspections du programme AirCare, preuve de la qualité et de la durabilité des produits Toyota.

CERTIFICATION LEEDMD

FG_29

À PROPOS DE CE TABLEAU: En tout, 13 installations Toyota et Lexus ont obtenu la certification LEEDMD (Leadership in Energy and Environmental Design). LEED est un système de pointage administré par le Conseil du bâtiment durable du Canada et son pendant américain afin de promouvoir une approche de construction complète pour la construction et la rénovation durable. La certification LEED repose sur des critères exigeants par rapport au développement du site, aux économies d’eau et à l’efficacité énergétique, au choix des matériaux et à la qualité de l’air dans le bâtiment.

Allant des locaux à bureaux aux centres de distribution de véhicules, ces installations témoignent des efforts continus déployés par Toyota pour améliorer la conception et l’efficacité de l’ensemble de ses activités. Le Centre de formation au service de Chicago est le dernier à avoir reçu la certification Or en juin 2015. Ce nouvel édifice sert à la formation des techniciens des concessionnaires de la région. Les éléments LEED du centre étaient les suivants:

  • Plus de 99 % des déchets qu’a produits la construction du centre de formation ont été récupérés et recyclés, ce qui a évité l’enfouissement de 946 tonnes de déchets de construction. Chaque fois que nous construisons ou que nous rénovons des installations, les déchets de construction et de démolition sont notre principale priorité, surtout que ce type de déchets constitue 40 % du total des déchets solides produits aux États-Unis (selon les estimations du Green Building Council américain).
  • La totalité des matériaux à base de bois utilisés dans la fabrication des armoires, des portes et des éléments structurels du centre provenaient de produits certifiés FSC (Forest Stewardship Council), un organisme qui veille à l’emploi de pratiques de récolte forestière écoviables et de replantage.
  • Mise en œuvre d’un programme de recyclage complet pour la collecte et le recyclage de l’aluminium et des autres métaux, des plastiques, du papier utilisé dans les bureaux, du carton et du verre. Pour faciliter et encourager le recyclage, des bacs de recyclage fabriqués de plastique HDPE recyclé après consommation, sont installés dans tous les espaces régulièrement utilisés, dont les classes et les postes de formation de techniciens, et des bacs de collecte de papier sont fournis à chaque poste de travail.
  • Les eaux pluviales sont collectées et redirigées vers un jardin de pluie où elles sont réabsorbées dans des planches de culture. L’eau ainsi utilisée ne finit pas dans les égouts. Les espèces plantées dans le jardin de pluie sont indigènes et résistantes à la sécheresse; ce qui élimine les besoins d’irrigation.

SYSTÈMES DE GESTION ENVIRONNEMENTALE

FG_30

À PROPOS DE CE TABLEAU: Les systèmes de gestion environnementale (SGE) forment un élément essentiel de l’effort global de Toyota pour minimiser les risques et réaliser une performance environnementale de très haut niveau. Le SGE de chaque établissement de Toyota recense les principaux aspects et impacts environnementaux de ses activités, et établit des contrôles, des buts et des objectifs afin de gérer ces impacts et de les réduire progressivement au fil du temps. Les installations qui figurent au tableau ont été certifiées conformes à la norme ISO 14001, le référentiel de base de l’Organisation internationale de normalisation pour la conception et la mise en place d’un système de gestion environnementale efficace.

Toutes les normes ISO sont régulièrement actualisées afin de s’assurer qu’elles sont toujours pertinentes et actualisées. L’Organisation internationale de normalisation a récemment procédé à une révision quadriennale de la norme ISO 14001. ISO 14001 : L’année 2015 est l’aboutissement du travail effectué par 121 experts membres du Comité technique TC207 de l’ISO. La révision porte principalement sur les initiatives proactives, l’amélioration de la performance environnementale, les réflexions sur le cycle de vie, une communication efficace et un engagement plus soutenu de la haute direction. Sheena Donald, spécialiste chez Toyota Motor Engineering & Manufacturing North America (TEMA), était l’une des 121 experts et l’une de seulement deux représentants américains au sein du comité TC207. En août 2015, l’U.S. Technical Advisory Group to TC207 a décerné à Sheena le prix pour « Outstanding Achievement in Standards Development and Exceptional Contributions » dans l’élaboration de la norme ISO 14001:2015.

CONFORMITÉ

FG_31

À PROPOS DE CE TABLEAU: La plupart de nos activités de développement, de fabrication et de logistique sont soumises aux lois locales, des États, provinciales et fédérales qui règlementent les émissions atmosphériques, les rejets d’eau, la gestion des eaux pluviales, les émissions de gaz à effet de serre, le traitement et l’élimination des déchets et la gestion des produits chimiques. Ces règlements varient selon les installations en fonction du type d’équipement que nous utilisons et des fonctions que nous remplissons. Au cours de l’exercice financier 2015, nos usines de fabrication et nos sites de logistique nord-américains n’ont commis aucune infraction.

Les usines de fabrication nord-américaines de Toyota recensent également le nombre de plaintes déposées par de tierces parties. Aucune plainte n’a été déposée au cours de l’exercice financier 2015.